22 août 2019

Le plafond des vaches

   Je n'ai jamais entendu parler de la grippe espagnole que chez apollinaire.         - Je suis allé voir Monsieur Gérard Manvussa au, 5 allée des Glaïeuls, circonscription         de l'ancienne savane, BP 358 Zone Est, Calatoco, Gabon, je suis arrivé dans le milieu         d'aprés-midi, je l'ai trouvé sous le préaut de l'avancée de sa maison, confortablement         installé dans un... [Lire la suite]
Posté par Bill Boquet à 13:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 août 2019

Flânerie à la porte

   Et puis [ transition avec moi-même ], comme j'ai passé presque l'entièreté de la nuit à fouiller de vieux textes, je me lève à trois heures, apparemment je ne ferai rien aujourd'hui.      Je ne m'en plaindrai pas, hier c'était les barrages, ce soir ce s'tra les barrages, y'en a pas barre, non non.      Et puis [ vraie transition ], hier j'ai mis le nez dans mon peut-être premier texte réussi, Mr Minuit, que je pensais vraiment être nul, c'est une perle. Je me demande comment j'ai pu avoir... [Lire la suite]
Posté par Bill Boquet à 20:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 août 2019

Baguenaudage du plafond au mur

   [ belgique  ] " Région par où se font toujours les invasions " calligrammes 1914 : ce que c'est qu'un poète !      Il pleuvait des cordes ce matin, quand je lisais les cinq lignes d'apollinaire sur le sujet. Et tandis que je me faisais cette réflexion l'autre jour qu'il n'était pas parvenu à élaborer sa poésie figurative, c'est faux, l'arbre, le coeur, le miroir, la pluie etc. sont des représentations princeps, simplement la mise en page est déplorable.      Ce ne sont plus des... [Lire la suite]
Posté par Bill Boquet à 09:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 août 2019

Ballade du mur au plafond

   Vu le temps ce n'est pas aujourd'hui que je monterai sur le toit.      J'ai bidouillé un ou deux textes, puis suis reparti au grenier, afin de pouvoir un jour en finir.      Enduit un bon bac sur le mur latéral au mur du fond, essentiellement constitué de pleine terre - je ne sais pas exactement quelle est l'ossature galets ou bien savoyardeaux des murs, sinon l'assise même... les paliers d'étage, ou bien peut-être le squelette des murs - j'avais besoin de reprendre ce mur, celui derrière... [Lire la suite]
Posté par Bill Boquet à 20:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 août 2019

Un dimanche au ras du sol

   [ je ne tiendrais pas compte non plus du 3-2 de manchester city [ face à totenham ] parce que cela ne tient pas compte de mon programme qui est que j'ai décidé d'être content, mais aussitôt bien sûr le but est annulé et je n'ai toujours pas compris pourquoi, ah si, un hors-jeu probablement, non une main parait-il, ah ben.    C'était un but de Jesus me dit-on. Merde. ]      Je n'ai pas encore démarré mais rangé mon journal et fait le point sur mes textes.      Décapé le mur... [Lire la suite]
Posté par Bill Boquet à 15:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 août 2019

Les saucisses à la trappe

      ( j'ai pas la moindre saucisse mais justement j'avais rien à faire passer, à la trappe )      [ Le mieux pour vivre le moment présent, c'est d'aller de l'avant, mais je sais pas si c'est le mieux.    Grenoble-Troyes Live :    0-0, j'ai assisté au match le plus nul de ma vie, mais non, 1-0 à nouveau comme l'autre fois, mais non justement, à l'instant même une égalisation me contredit, ce pourquoi j'ai perdue la spontannéité de la phrase d'avant la précédente, enfin bon. ... [Lire la suite]
Posté par Bill Boquet à 18:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 août 2019

Attention chut de pierres

      ( justement faites pas attention )      [ Au regard de mon speech d'hier, que c'est encore aujourd'hui, je me dis que ce qui me tracasse c'est une problématique de perte d'affects, je me dis qu'avec la méthodologie sus-énoncée j'eus pu sauvegarder des affects. ] Je ne sais plus vraiment qu'en penser aujourd'hui.      Je suis parti à vélo me dégourdir les jambes, mais je n'ai pas eu l'effet kiss cool du le travail me remet d'aplomb, je suis complétement atomisé,... [Lire la suite]
Posté par Bill Boquet à 20:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 août 2019

L'APO, l'APOPO... linéaire

      ( c'est peut-être lui qui a arrêté l'apocalypse )      Quand je lis apollinaire    Je me dis que j'eus mieux fait de l'étudier    Mais je manquais de l'expérience de la vie    Pour pouvoir la vivre      Apollinaire c'est tout petit c'est trés trés grand.      Je vais aller me taper deux lignes dans le grenier.      J'ai écrit de trés beaux poèmes, des textes supérieurs, pourtant je crois que c'est la... [Lire la suite]
Posté par Bill Boquet à 11:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 août 2019

Le mur mûr

   Je viens de me taper arbre hier soir et lundi rue christine ce matin, je n'en reviens pas de la beauté d'apollinaire, je me sens minable et insignifiant.      Je suis complétement rétamé de mes derniers efforts pour retrouver des textes.      Que dire du Commissaire Méga Lent à part ça ?    Heureusement y'a Las Vegas, malheureusement y'a pas nikki, j'vais paniqué j'vais pas niqué.      Alors j'ai foncé dans le grenier.    Et ce sera pas facile, je... [Lire la suite]
Posté par Bill Boquet à 19:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 août 2019

Le mur tient debout

   Je viens de réaliser que l'épitaphe qui figure sur la stèle d'apollinaire tiré des collines n'est vraiment pas l'hommage qu'on pouvait lui rendre, ça fait plaqué, de plus c'est limite mauvais goût ( je me suis enfin détaché/de toute choses naturelles... ).      Quand je pense à Bashung, Nougaro et Thiefaine et à leur relation au foot, je me dis qu'on est vraiment des bourrins, surtout moi.      J'ai enduit un bac dans le grenier ( chevron de gauche ) dans lequel je vais abréger de monter... [Lire la suite]
Posté par Bill Boquet à 11:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]