06 avril 2019

Un film décapé de peinture

   Au bout d'un moment je me suis mis au turbin pour essayer de décanter quelque chose du genre avoir une idée.      Alors j'ai continué de décaper le mur opposé, à présent relativement propre, mais j'ai rien trouvé, même pas de quoi emballer cette disette.      Et puis j'ai collé le petit néon avec un autre scotch.      Ma vie, c'est de l'endure à convictions.
Posté par Bill Boquet à 20:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 avril 2019

Décapage moteur

   J'ai fait deux courses, acheté des piquets, deux, réparé mon vélo pour ce faire, qui a recrevé au bout de cent mètres, en une fraction de seconde, cela faisait longtemps que l'on ne me l'avait pas faite celle-là.      J'ai décidé de bossailler autant que possible, sans lever la tête, effectivement je n'ai pas levé la tête et au final je n'ai pas fait grand chose, j'ai décapé, le montant droit de l'escalier a maintenant recouvert sa peinture verte délavée 1900 et quelques, le mur de la salle de bain arbore... [Lire la suite]
Posté par Bill Boquet à 22:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 avril 2019

Le train train

         le titre, c'était pas programmé. En fait, il aurait fallu que j'écrive quelque chose comme : le train-train  train-traine. J'aurais peut-être du opter pour : le train traine ou bien, comme je le pensais initialement : le train euh, train.      Il faut que je me remotive un plan de travail parce que, retraité ou pas, je vais finir par m'ennuyer.      J'ai une dizaine de carotteau au jardin, ça a l'air bien parti cette fois-ci.     ... [Lire la suite]
Posté par Bill Boquet à 15:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 avril 2019

La routine routine

   Vaisselle, lessive, je sens que je vais donner dans l'original aujourd'hui.    Il a plu, je n'irai donc pas arroser.    J'ai fait un gâteau tout-prêt, sans grand mérite à ce qu'il soit bon même si il faut bien un bac plus quelque chose pour parvenir à extraire la pâte de l'emballage.      J'ai l'air comme ça, je pérore je glose, avec plus ou moins de réussite, mais si on gratte un peu je suis un vrai corniaud, avec des pulsions de merde et des principes à la con, et je dis ça... [Lire la suite]
Posté par Bill Boquet à 17:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 avril 2019

Bus repetita

   J'ai fait le point sur quelques outillage et matériaux nécessaires, je suis contraint forcé de descendre à la ville.    Je me suis donc rendu à la civilisation pour y superviser le cours de mes travaux, ce qui ne s'est pas avéré trés concluant. Je ramène un pot de peinture, je ne sais pas si j'ai bien fait d'orienter mon choix sur ce vert clair premier prix, il est plutôt flashy que pastel, je ne sais pas comment je vais pouvoir l'utiliser.      Ce aura été surtout une journée... [Lire la suite]
Posté par Bill Boquet à 09:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 avril 2019

Lavabo's standing

   Je suis allé semer mes radis, cette fois c'est le fourbis du fumier qui resté dans le composteur et qui avait été laissé à même le sol, qui a disparu, je ne m'étonne plus de rien.    Mes trois carottes, au moins cinq maintenant, tiennent le coup.      Je me rend compte que ce qui peut-être me passionne le plus chez mozart, c'est que son génie interroge indéfiniment ma pulsion épistémophilique, et il est peu probable qu'elle aboutisse sa propre cohérence.    Quel talent ! comme dit... [Lire la suite]
Posté par Bill Boquet à 13:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]

31 mars 2019

Grace de... chapiteau

   Rien fichu, même pas réparé mon vélo utilitaire qu'est crevé.    J'ai bien essayé de faire quelque chose, mais j'en avais pas envie.    J'ai regardé deux films.
Posté par Bill Boquet à 20:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 mars 2019

Le chapiteau n'en fait qu'à sa tête

   Je peinais à me mobiliser ce matin, j'ai décidé de m'enhardir pour répondre de cette visserie insuffisante, j'ai des tonnes de clous, vis et autre quincaillerie, un stock qui ne cesse de croître parce que je ne parviens jamais à placer ce que j'ai.    Je suis à peu prés réveillé, un peu mieux réveillé, il me faut rompre les amarres, ça y est je prends le large.    Un peu de mozart et je décolle pour de bon.      Pour ne pouvoir trouver de vis chez l'marchand, je considère que mon... [Lire la suite]
Posté par Bill Boquet à 10:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 mars 2019

Le chapiteau en instance

   Je voulais une barramine, j'ai acheté un pied de biche.      Je n'ai plus un, mais une dizaine de poireaux à présent, spontannés.      J'ai essayé d'avancer mes affaires, sachant que cela fait deux jours que je me dois d'aller acheter des oeufs et du fromage à huit kilomètres et que je n'en ai pas le temps. Je suis donc parti au jardin semer une poignée de graines mille fleurs dans le bas du terrain, dans un carré en vrac, j'ai planté quatre piquets aux angles et tiré deux cordes,... [Lire la suite]
Posté par Bill Boquet à 21:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 mars 2019

La colonne descendante

   Je m'apparais à nouveau ultra motivé, on verra bien ce que ça va donner.      Ne pouvant distinguer mon objectif dans un programme, ne sachant vers quoi tendre, j'ai redémonté la colonne afin d'en badigeonner le socle de thérébentine puis d'huile de lin, pour réduire tout risque de contact avec l'eau en cas d'aspersion, arrosé mes trois romarins et réparé ma pelle de balayette.      Je suis bien content, je ne sais pas encore de quoi, mais je suis bien content.  ... [Lire la suite]
Posté par Bill Boquet à 21:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]