17 octobre 2019

Hombre de mon admouration

   Alors le 8 il se prend une cuite, le neuf il fait une batterie de calligrammes.      [ notes :      Dés que je balance un sac il faudrait le remplir.      L'homme qui écrit cherche à convaincre, et à priori il ne cherche pas à convaincre un autre homme.  ]      Ca caille complet aujourd'hui, il faut que j'aille en ville.      Une complétion de Prophylaxie.        Je re-entre. En fait il a fait relativement bon.... [Lire la suite]
Posté par Bill Boquet à 12:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 octobre 2019

Ranger des camions

      ( ... dans un quartier libre )      Je me lève à deux heures cette fois.      C'est à titre expérimental que j'ai validé Prophylaxie.      Et toujours aucun moyen de savoir angleterre france quand c'est.      La raison d'être de l'opposition c'est de s'opposer, l'opposition est naturelle, je n'en reviens pas.    Mais à quoi ça sert ?    Encore une fois ce n'est pas moi que la réponse intéresse, mais je n'en reviens pas. ... [Lire la suite]
Posté par Bill Boquet à 19:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 octobre 2019

Louise coligny de chatillon

   Victoire trois zéro, on se serait vexé à moins.    C'était écrit, la france nous revendique.      Ca brûle les jolies rousses me dis-je, pourtant je ne suis pas sûr qu'elle lui ait brulé les ailes. *    En outre elle peut se flatter dans Rêverie sur ta venue notamment d'avoir été, et décrite comme une reine, plus et mieux flattée qu'une autre.    Il faut dire que probablement il en avait besoin. Il avait besoin d'un espoir personnel pour supporter sa condition commune [ en... [Lire la suite]
Posté par Bill Boquet à 11:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 octobre 2019

Poème alloué

   Il s'extirpe peu à peu de sa relation exclusive pour se retrouver dans dans un café à nimes, que j'ai bien fait de lire puisqu'il regarde le match apparemment ce soir : moi aussi je suis l'espoir, Vive la France !      J'ai réussi à poster deux courriers et pris un rendez-vous.      Puis planté trois nouveaux piquets et mangé à nouveau une bonne vingtaine de framboises.    Une grosse mante religieuse sur mon petit appentis.      Acheté un bidon d'huile de lin,... [Lire la suite]
Posté par Bill Boquet à 20:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 octobre 2019

Une journée qui compte pas

      ( je me lève à trois heures )      J'ai regardé un doc sur balavoine [ le 7 octobre ].      Du coup j'ai tapé Anthrax parce que j'arrive pas à décoller.      J'essaye de retrouver une homéostasie physique.    Du coup je perds ma mobilité d'esprit.      Je bois parce qu'il y a du foot.    Je bois parce qu'il n'y a pas de foot.    Quelles sont mes motivations ? mes textes.      J'ai quand même, en... [Lire la suite]
Posté par Bill Boquet à 15:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 octobre 2019

Un programme simplifié

   Tapé Traine, j'arrive même pas à comprendre pourquoi je trouve ça beau.      Je me rue dans mon grenier numéro deux.      J'ai terminé la partie médiane, avec sa poutre, ne me reste donc plus qu'un segment, avec la poutre supérieure.      Publié trois textes dont Traine, et aprés réflexion je me dis que j'en ai perdu la version toute première et originale, d'élaboration, je n'en ai en tout cas pas les brouillons.
Posté par Bill Boquet à 20:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 octobre 2019

Poèmes à louer, 10 minutes de bonheur la pièce

   Le IX pourrait s'appeler "désir", pour dire. Et puis le final est superbe.      Me résoudre à publier La recette en l'état, pour y revenir plus tard.      Et puis même chose pour le X, sans le désir.      Il faut que je me magne.      Je reviens avec un bidon plein, mais j'ai des soucis d'embrayage, je fais trainer.    Il faudrait que je me magne de décoller, mais ça va se décanter.      [ notes d'hier :    ... [Lire la suite]
Posté par Bill Boquet à 14:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 octobre 2019

Travail de fond

   Le passage d'un moustique dans l'hémisphère nord, qui a tenu à m'honorer copieusement de sa visite.       Apollinaire est le seul à ma connaissance qui puisse écrire des lettres, des paroles d'amour sans que ses sentiments ne tombent à plat pour d'autres que l'intéressée. Preuve de son étanchéité dans l'immersion, et qu'il ne nous laisse pas du guillaume mais bien la matière de son oeuvre, de l'apollinaire.    Il a tout de même son nom sur une plaque à Venise...    ... [Lire la suite]
Posté par Bill Boquet à 18:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 octobre 2019

Première ligne

   Ce qui m'étonne le plus de là où nous en sommes, c'est que apollinaire arrive à produire quelque chose de trés bon à partir de pablo picasso. Je n'en doutais pas au demeurant mais quand même, ça m'étonne.    Et la complétion d'onirocritique que j'attribue à dali ne me fournira pas d'élément de réponse.    Mais j'avais la conscience des éternités différentes de l'homme et de la femme.    A part dire à ce titre que dali ne gardait pas la femme, la compréhension, la pensée, pour lui.  ... [Lire la suite]
Posté par Bill Boquet à 14:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 octobre 2019

Programme habituel

   Le vers "Allons plus vite" n'est pas la reprise d'une expression populaire ou courante, ni même seulement celle d'une expression circonstanciée, c'est un concept relevé par la poésie, souligné par l'adjonction "nom de dieu" au titre de l'expression commune du commun.      Je me demandais si l'expression " les bleus " était récente et de beaucoup antérieure à la déclinaison bleuet, apparemment apollinaire faisait déjà des jeunes combattants de 14 des bleuets, cela vient peut-être du costume, de l'uniforme... [Lire la suite]
Posté par Bill Boquet à 20:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]