17 mai 2019

L'escalier sur les starting-blocks

   J'attendais au moins un album de lama ce matin, j'en ai eu deux de souchon mais enfin, c'est déjà ça.    Du coup j'ai acheté la totale des albums de souchon, excepté toto 30 ans de malheur parce que le malheur c'est toujours plus cher comme dit je sais plus qui, quelqu'un de subtile, ferré ou nougaro ça me reviendra. Quelqu'un de subtile comme ces deux-là qui le sont parce qu'ils ont des idéaux, souchon n'est pas spécialement subtile parce qu'il n'en a rien à carrer, pour souchon tout est là.   ... [Lire la suite]
Posté par Bill Boquet à 20:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 mai 2019

Merci pardon, excusez-moi ( daniel balavoine )

      ... il a bien fait de s'excuser.       J'ai repris mon décapage de sous-marches, et j'ai bourriné tout du long mais tout ce que je serais parvenu à solder aura été d'aboutir le décapage en lui-même. Je pensais deux ou trois jours ce sera deux, dont une journée pleine.     Et je n'ai toujours pas trouvé depuis cinq jours le moyen de passer le balai dans la petite cuisine pour initier le grand nettoyage que je veux lancer.
Posté par Bill Boquet à 20:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 mai 2019

Une ligne de radis

   Je fais ce point sur led zeppelin à dire que ce n'est pas trés élaboré, rythmiquement, à peine l'est-ce davantage sur le plan des mélodies, mais c'est un rock de puristes me dis-je, espérant faire avancer ma pensée.      J'ai gratté un peu le dessous de cage avant d'aller faire un tour au bois, en prospection pour les morilles  avec déjà deux mois de retard, et mon pneu qui souffrait d'une crevaison lente n'a pas explosé en plein vol non non, mais il n'y a pas plus de spécimens de morilles... [Lire la suite]
Posté par Bill Boquet à 20:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 mai 2019

L'escalier enlève le bas

   J'ai fait changer une branche de mes lunettes sur lesquelles je m'étais assis ce week-end, ça ne m'était pas arrivé depuis le 31 aout 97 où une grosse qui m'hypothéquait, bien plus belle que lady di, trouva le moyen d'en faire autant, recouvrant de son fessier callypige mes bésicles d'alors sur le lit d'un hotel des Saintes où je venais de les poser, provoquant ainsi probablement la mortation de cette dernière dans les conditions effroyables que l'on sait.      J'ai enfourché mon canasson... [Lire la suite]
Posté par Bill Boquet à 20:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 mai 2019

Parcarottes

      [ J'ai failli écrire Huit clos, et sous-titrer : ( parce que les carottes sont qu'huit ), sauf que j'en ai à peu prés seize, et l'allusion à desproges est pas évidente, d'où Parc-Carottes. ]      Je me demande si cohérence n'est pas un maître-mot.      Sans transition,     j'ai trouvé ma ligne de radis complétement sclérosée limite chlorosée, une ligne d'un mètre vingt totalement chétive et abimée au bout de trois semaines alors que tout pousse... [Lire la suite]
Posté par Bill Boquet à 21:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 mai 2019

Décapage oblige !

      ( ça veut rien dire mais ça fait trés sérieux )      J'ai ciré la moitié de l'escalier qu'a l'air bien content et impatient que je lui décrasse les premières marches.      Pour l'extra-ordinaireté, hier j'ai fait une lessive et fait cuire aujourd'hui un gâteau au chocolat, et pour ne rien changer j'ai continué de décaper le box.
Posté par Bill Boquet à 20:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 mai 2019

Décapage mi-molette

   J'ai passé la moitié de l'escalier au xylo, c'est dommage puisque, le xylo attaquant la cire, je n'ai pas pu le cirer dans la foulée. Et continué de décaper le box.
Posté par Bill Boquet à 20:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 mai 2019

Décapage marotte

   J'ai poursuivi ma lecture de la chanson que j'avais à peine entammée, mais non décidément, je n'arrive pas à me justifier cette mythologie.      Voilà ce que j'ai bredouillé hier au soir à la suite des troisième et quatrième victoires anglaises pour une place finaliste de coupe d'europe : première fois qu'une ville place trois clubs sur les deux finales, quand je dirais ça à mon copain apollinaire... - parce que je prétais une vertu poétique à l'exploit, poésie qui à présent m'échappe à peu prés... [Lire la suite]
Posté par Bill Boquet à 20:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 mai 2019

Bientôt les patins

   J'ai toujours pensé que la chanson du mal aimé n'était pas représentative de la poésie d'appolinaire, mais en définitive en dépit du caractère emprunté, du coté patchwork et copié collé, même si l'on a du mal à partager les tribulations de l'intrigue à travers laquelle le narrateur fait mine de se livrer, reste néanmoins en substance, et peut-être en puissance, tout ce qui fait la force et la richesse de son style.    En fait la chanson c'est peut-être plus guillaume qu'appolinaire.      Comme... [Lire la suite]
Posté par Bill Boquet à 20:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 mai 2019

Le parquet rutile utile

   Quand j'interroge mon goût pour claire keim, ma vraie question étant : y'a t-il une claire keim en face de moi, est-ce que je l'aime, puisque je l'aime.    Est-ce une préférence, une correspondance etc.      Dans un état de léthargie avancée, j'ai ajusté et posé la quatrième latte, le plancher s'éclate, et profité de ce qu'il fut en place pour faire jouer le voilage à grands coups de cire et thérébentine.      C'est surprenant, c'est fabuleux, il y a désormais du parquet à la... [Lire la suite]
Posté par Bill Boquet à 20:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]