Ce qui m'étonne le plus de là où nous en sommes, c'est que apollinaire arrive à produire quelque chose de trés bon à partir de pablo picasso. Je n'en doutais pas au demeurant mais quand même, ça m'étonne.

   Et la complétion d'onirocritique que j'attribue à dali ne me fournira pas d'élément de réponse.

   Mais j'avais la conscience des éternités différentes de l'homme et de la femme.

   A part dire à ce titre que dali ne gardait pas la femme, la compréhension, la pensée, pour lui.

   C'est pas possible, y'avait pas dali en 17. C'est pourtant le cas.

 

   Et en fait je ne raffole pas de cette prose apollinarienne, parce qu'il n'a pas eu le temps de l'explorer.

 

   J'attendais un retour essentiel, puisqu'on me le signifiait, mon premier cahier d'écriture, mon mémoire de maitrise, c'était un joy-stick sfr.

 

   Cette fois ce sont mes lunettes que j'ai perdu. Sauf le verre amovible, parce que justement c'est lui qui m'a dit que j'avais perdu mes lunettes.

   Du coup je ne peux pas regarder le rugby, ni même corrine touzet la reine de france, par interim.

 

   Evidemment elles sont sous le lit me réjouissais-je ouais, bien pétées.

 

   Plus le choix désormais, va falloir en changer.

 

   Je vais quand même regarder mon match de rugby, avec ou sans quand même, et il va falloir que je trouve une législation de ce barbarisme.

 

   Y'a que cette andouille qui donne du sens à mon sens.

 

   Mais je le répète à l'Avenir, ce n'est pas une andouille. [ savez-vous de qui que je parle  ? ]

 

   Comme quoi faut pas croire tout ce que je dis.

 

   Croire, la réalité banalisée de l'anti-subtilité.

 

   J'ai pas dit ce que j'aurais du dire en langage c'est moi qui parle, mais l'histoire y trouvera son comptentement.

 

   Non j'avais pas de préférence, y'a du plus et du moins, j'avais pas de plus pour le plus, je me contenterai du moins ( de mon plus pour le moins ). [ fidji-galles ]

   [ [ le crochet porte à avant la parenthèse, preuve de ce que c'est, que je rajoute depuis trois paragraphes plus bas frustré de la tournure de mon vécu du match [ non en fait, de la perte de ma prémisse ], et je justifie de souligner le début de cette insertion par la qualification des "premières lignes" ] C'était trop précipité, il reste dix-huit minutes. [ aprés l'essai qui traduisait mon non-étonnement ][ adjonction dans l'instant, celle-là ]

   Que va t-il advenir ?

   En fait là où j'en suis, c'est le ballon qu'importe. Du coup probablement que je le perds à le chercher. Qu'importe. Je vais essayer de retrouver le match.

   Mais c'est pas facile donc, treize minutes.

   Neutralité ma base, que je lui dis, au destin.

   Essai redoublé, comment ai-je pu me faire niquer ce match, je suis pas étonné puisque je le nomme, il ne veut pas que je vive ce combat.

   Du coup j'en verrai pas la fin, du match je sais pas encore parce que j'y tiens, serai-je zidanesque jusqu'au bout ? Non, deux essais de différence je me le rappelle.

   Mais je ne peux pas lacher mon implication, vous me supporterez. ]

blabla est-ce que je récuse, oui je récuse, c'est toujours la même histoire.

 

   Mais donc, encore une fois le destin, tu ne t'es pas distingué, tu ne vaux pas les grands hommes que tu crées.

 

   Je vais donc oublier radicalement cette exploitation, qui n'est pas de l'abus de crédulité puisque c'est de la foi, car mes bases sont positives.

   Désillusions à deux balles, systématiques, à deux balles.

   Preuve donc que s'il y a un vainqueur, ce sont les premières lignes.

 

   Non "oui je suis pour les fidjiens", je ne peux pas cautionner une victoire que l'on m'enlève et qui voudrait me faire prendre parti.

   Je l'avais dit j'en avais pas.

   Ah ben si alors je peux cautionner.

   Bien fait pour ta gueule score, étiquette de l'écriture.

 

   Pour une fois je m'étais dit j'en ai un de bon, de match dans cette coupe, de vrai match d'une adversité dans le temps que je vis, je me suis fait blouzé floué.

   C'est pas grave, j'en ai pas besoin, pourquoi on me le propose alors.

 

   Voyez ce qu'ils sont capables de me faire dire, penser, oui je suis pour les fidjiens alors qu'il y avait des plus et des moins, lesquels équivalaient zéro.

   Qu'ai-je perdu alors, le suivi, la vivance du match, le déroulé de l'histoire.

 

   Malheureusement justement, l'histoire ne me convainc pas de son histoire.

 

   Du coup avec une page pleine inutile, je retourne à corrine touzet, ou plutôt j'y vais.

   Comme quoi je suis pas mauvais perdant, comme quoi j'ai raison ? [ là la conclusion m'échappe parce qu'elle voulait être la conclusion et que j'avais décidé de pointer mon écriture et de la placer avant celle que je voulais être la conclusion, qui sera donc ce qu'elle est ][ c'était donc, ce n'était donc, une subtilité qui se prétendra tout ][ c'était bien, mais je voulais pas que ce soit aprés ][ c'est au regard de l'histoire que je justifie d'en discuter les mobiles ]

   Bien joué, chronicité.

 

 

[ et j'associe sur les associations implicites, ah ! stingue, un homme.  [ synchronicity ]

   corrine touzet me dit-on.

   De fait il faut que j'embraye ]

   Ca ne peut que faire du mal à ce qui prétendrait l'être, de le [ la ] retirer, cette transition que je voudrais retirer, que j'ai écrite pour moi-même justement pour embrayer et aussitôt je me souviens de ma réplique, anodine et innocente, : indéfiniment, parce qu'à nouveau je voulais l'employer, parce qu'à nouveau c'était la suite logique de la tirade ça ne peut que faire du mal, indéfiniment donc, que je savais pas si je la mettais cette tirade juste je la pensais.

   Comme quoi ça valait le coup c'est pas mal, indéfiniment, non ?

   Mais je me suis déjà prononcé sur la nature du dernier vers. Et puis la phrase d'aprés donc, je savais pas non plus si je la gardais, je l'avais écrite avant. [ pas d'aprés la tirade "comme quoi je suis mauvais perdant", pas d'aprés la tirade "ça ne peut que faire du mal", non non juste la phrase d'aprés ]

 

   Comme quoi je sais où je vais, même quand j'y vais.

 

   Maintenant c'est une certitude, faut qu'j'embraye.

   Je vais oublier corrine touzet que de toute façon j'en aurais regardé une autre,

et puis la suite,

par exemple j'ai trois notes à insérer.

 

- ouh putain c'est chiant, j'le marque ou je le marque pas ça [ ça, cette présente phrase ], mais effectivement c'est chiant, du coup je le marque - [ en fait c'est pas si chiant ]

   [ note d'hier :

   

   Y'a aucune preuve de la lecture de baudelaire dans les textes d'apollinaire. Peut-être qu'il le connaissait pas.

 

   Peut-être qu'apollinaire et moi on se refuse inconsciemment à toucher au luxe, au stupre et à la volupté.

 

   J'ai regardé [ le 26 septembre ] le début de la finale 18.

 

   [ pourquoi cette insertion vous demandez-vous, vous comprendrez plus tard. Tout le monde comprend que 18 à quoi ça s'rapporte ?, c'est tout ce qui compte ]

 

   Je voulais faire un truc sur le Recul, mais en fait c'était pas pour moi, le recul, ils en auront quand ils en auront.

 

   Je voudrais comprendre la psychologie pour pouvoir en faire.

 

   Il a le coeur gros comme l'Algérie, serge lama.

 

   Niagara, que ce soit la chanteuse ou l'artiste [ marilyn ], qu'est-ce que ça m'a fait chier.

 

   Plus j'y pense de ne pas connaître ce à quoi je pense plus je suis sûr de moi.

 

   On n'avait pas les mêmes [ illisible, c'est pourtant lisible, donc je ne retrouve pas l'idée, je peux pas savoir si c'est bon ou pas ] ]

 

   Dire que je suis parti aprés avoir ouvert le volet dans la rue en chaussons pour courir aprés le quidam que j'ignorais qui voulait m'interpeller que c'était le livreur que je suis con de ce colis que je n'attendais pas le livreur de ce superbe joy-stick même apollinaire il saurait pas pourquoi.

   Non ne pas dire.

 

   Je repense à apollinaire, je me dis j'attaque les poèmes à Lou ou pas, mais j'ai toujours pas compris le propos, Mais j'avais la conscience des éternités différentes de l'homme et de la femme, le genre de truc, fondations de l'an 3000, je vais le lire je vais voir si c'est vrai.

   Sûrement répond celui qui ne peut expliquer.

   Comme quoi il avait compris lui aussi, guillaume je veux dire.

 

   Il faut vraiment que je décolle là, ce qui n'est toujours pas fait. Tapé un bout de Ah ! un met copieux.

 

   De la cohérence dans le bordel, je crois bien y être arrivé. [ à propos de ce texte présent, pas de celui que j'évoque ]

 

   En fait je suis pas doué pour faire semblant, je suis trés mauvais acteur en effet, c'est eux les artistes qu'il nous dit, apollinaire.

 

   Je suis allé passer les planches du grenier numéro deux à l'huile de lin, fait la moitié de la partie supérieure, plus la trappe, et rangé mes pinceaux.