20 septembre 2019

Apollinaire au dessus de la mélée

      [ Apollinaire, le ciel, dont il parle si bien, je crois que c'est celui qui en a le plus.         Je me disais le sens poétique d'apollinaire c'est de l'anti-Rimbaud, morrisson est venu chercher Rimbaud à Paris, quelque chose d'obscur, comme lui, il aurait mieux fait de trouver guillaume... Apollinaire c'est clair, comme le ciel.      Maintenant que j'y pense, il l'a trouvé, ils sont à 150 mètres l'un de l'autre, au père Latable.      Ce n'est... [Lire la suite]
Posté par Bill Boquet à 21:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 septembre 2019

Superlatifs et superlaxatif

   Ah, encore une belle journée initiée par une victoire de zidane !    Du coup je ne peux pas lire apollinaire puisque bien entendu c'est son texte, la victoire.    Mais effectivement le psg la france ne font pas le poids face à zidane, c'est normal c'est une incarnation.    Mais je me demande bien comment je vais faire, pour placer mes notes, je n'aurai qu'un gros boulot de rédaction aujourd'hui.    Et puis lire la victoire.    Du coup ça va faire gagner saint etienne... [Lire la suite]
Posté par Bill Boquet à 12:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 septembre 2019

La portule marche ferme

   Apparemment apollinaire sait comment ça s'écrit sCElLé.*    Dans le texte justement qui culpabilise la france. [ Tristesse d'une étoile ]      Ca tombe bien de ses prestations de la veille elle ne saurait se justifier.      C'est quand même étonnant qu'un homme puisse culpabiliser, ne serait-ce que, la france des hommes, parce qu'on aurait attenté à sa tête.    Aprés on s'étonne de ce qu'il la représente.      Et donc une médiocre participation de... [Lire la suite]
Posté par Bill Boquet à 20:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 septembre 2019

La portule ferme la marche

   J'ai ramassé puis recollé les morceaux de la non-complaisance complémentaire, avant de me résoudre envers et pour que dalle, à m'activer.    Je fis fissa finalement et fi, cela suffît.      Les taille-crayons et les gommes, c'est le fantasme de l'écolier, c'est la magie de l'école.    Sans parler des effaceurs.      J'ai renforcé l'encadrement de la portule avec trois tasseaux, doublés à droite, afin que la porte puisse reposer sur tout le chassis, ce qui sera donc... [Lire la suite]
Posté par Bill Boquet à 12:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 septembre 2019

Un peu de ciment

   C'est quand même assez dramatique toutes ces fleurs ces abeilles, dans les obus et les balles d'apollinaire.    Le Chant d'honneur est un trés bon démenti de ceux qui voudraient relativiser, ou ne verraient pas, la pertinence historique  des écrits d'apollinaire dans les tranchées. Quand bien même il semblerait une moindre profondeur littéraire, il y a pourtant bien pertinence historique, celui qui parle, s'il rêvait mal, pensait bien. Même s'il se retrouve dans un mouvement qui n'est pas celui de la vie,... [Lire la suite]
Posté par Bill Boquet à 12:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 septembre 2019

Menu grand fretin

   Parti sur un rythme flamboyant estimé à 2 virgule 5 kilomètres à l'heure, j'ai cassé une trentaine de noix et réparé l'autre petite table pour soutenir la moitié du marbre qui menacait de tomber.        Je me demande au regard de certaines pièces d'archives de ferré s'il ne gagnerait pas à être interprété par d'autres [ à l'écoute entre autre d'une version de en amour chantée par une femme ], le paradoxe redoublant en ce que nul ne saurait comme lui mettre en musique les grands poètes.  ... [Lire la suite]
Posté par Bill Boquet à 16:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 septembre 2019

Rien

         [ La première victoire de grenoble au bout de huit journée, et vous croyez [ pas pu aboutir l'idée ]]      mrg sur les coups de quinze heure sans motivation profonde, quatorze en fait mais quinze c'est plus facile à dire. En fait c'était treize, si j'avais su j'aurais dit treize heure d'emblée. C'est con j'avais pas pensé à réfléchir au truc qu'y avait avant quatorze.      C'est vrai qu'on a pas remporté la coupe du monde 2006, mais quand même, avec le recul, on peut... [Lire la suite]
Posté par Bill Boquet à 20:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 septembre 2019

Le mur se retape

   Je ne saurais croire à un déréglement du sens, quel qu'il soit, tiens-toi bien ô Direction, et efforce-toi de prendre la bonne.      [ allons z'en ] ...      On remarquera d'ailleurs que ma qualification professionnelle ne saurait rien autre cautionner que le réglement du bon sens, ce au nom de la France, gratuitement. Le réglement est dur, mais c'est le réglement. [ et là je ne peux m'empêcher de rajouter que les idéaux de la france ne font qu'assumer, défendre et représenter les lois... [Lire la suite]
Posté par Bill Boquet à 20:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 septembre 2019

Le mystère perdure

   J'ai fait trois courses pour du coca puis, manquant de motivation pour me lancer dans mes affaires qui tardent à aboutir, j'ai différé encore les taches pour refaire la mise en page d'nrv. Et commme le temps filait je me suis rué sur les urgences qui débarrassent.      [ Quand à mon espace inutilisable du deuxième, je me dis que c'était peut-être un espace décoratif, le long de cette cage d'escalier à mi-hauteur de mur, à défaut de pouvoir comprendre comment il eut pu être fonctionnel, car en définitive... [Lire la suite]
Posté par Bill Boquet à 19:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 septembre 2019

Si Phillis de la Charce m'était contée

           ( comme dirait Charles ) ( tu parles, charles )         [ Le centième match au stade de france avec un adversaire en son sein ( andorre ), c'est justement ce qu'on pourrait qualifier de symbole, le 3-0 s'imposait.         Mais moi non plus j'ai pas trouvé le stade génital, de France.           Et puis si, il y'est comme dit Patrick. ]       [ c'est normal, lui a trouvé celui de france dougnac. ]   ... [Lire la suite]
Posté par Bill Boquet à 12:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]