Je suis partout nous dit Thiefaine, apollinaire y était déjà.

      [ merveille de la guerre ]

 

   Le seul titre honorifique que je pourrais revendiquer, c'est celui de Mr Vive la France, que l'on m'a eu attribué il y a une vingtaine d'années.

   Tout le monde objecterait-on, pourrait s'affubler de ce sobriquet, se targuer de l'épithète. Ah oui, mais moi ça m'allait bien.

 

   Pas de ligue 2 ce soir, je suis, dépité.

   Quant à la réussite actuelle de Flamby dans ce championnat, je suis un peu sceptique. Autant que de la transparence du Paris fc.

 

   Un néologisme chez apollinaire : surdorés, sur le principe de surréaliste. Apparemment le déterminant "sur" chez apollinaire, c'était sûr.

   Bien sur.

 

   Et en cherchant à savoir s'il fallait que je parle de déterminant ou de préfixe, en fait de préposition, j'ai découvert d'où cela venait : au sens de supra, super. Y'a pas de quoi s'étonner.

 

   On pourrait croire que de ce fait même il devait tourner au kérosène, justement non il devait tourner à l'ordinaire.

 

   Surhomme de la poésie, surpoétique, super-man.

 

   [ et je n'ai pas besoin de définir en quoi c'est un surhomme, par exemple par rapport à baudelaire, comme freud il anime les débats de notre société contemporaine. ]

 

   [ j'étais dans une optique de moins parler de lui, parce qu'avec ses obus dans les tranchées il me parle moins de lui, mais les idées me viennent. ]

 

   J'ai commencé par scier les clous qui dépassaient, à la disqueuse, du bout de plafond que j'ai dégagé ces jours dans la cage d'escalier, pour faire apparaitre les chevrons obliques ( maison numéro deux ), puis je suis allé l'air de rien bricoler mon montant droit de la portule ( grenier un ), et j'ai tout monté, je l'ai fixé au mur et à la poutre. Aprés quoi j'ai commencé à nettoyer la poutre transversale lardée de trous de sa gangue de plâtre ( là je n'indique plus où, faut suivre ), puis je suis retourné jeter un oeil à celle que j'ai dégagé hier, avec l'idée de faire abstraction du bas relief marron sur fond bleu du manteau ( ça fait un peu comme un âtre de cheminée ) pour faire apparaître les savoyardeaux qui en constituent le corps.

   J'ai fait sauté le revêtement intérieur droit de l'espace indéfinissable, un ancêtre de béton, le mur sur les deux étages est recouvert de cette chappe pré-révolutionnaire, qui met donc à jour une colonne de pavés que je ne compte pas montrer sur le devant, leur largeur à priori, car les coups portés sont assez fort donnés au regard de la résistance de cette chappe.

 

   Je suis à nouveau intrigué car le mur du fond ou plutôt ce qu'il en reste, du mur [ dans l' "âtre" ], sonne creux. Je crois que je vais chercher encore des réponses à mes questions.

 

   Plus j'y réfléchi plus je me dis que le corps de maison originel devait être celui d'un batis artisanal, avec la spécificité d'une certaine technique au sein des murs. La maison numéro un, la numéro deux semble elle avoir toujours été destinée à du logement.