Songeant depuis deux jours qu'il me fallait trouvé un autre intitulé pour le cas " limite " - car si tant est que l'" état-limite " qui s'est contenté de statufier sur border line ne soit pas si préjudiciable en tant que dénomination quelle qu'elle soit [ nom de maladie ], le terme a justement le défaut d'entretenir un flou nosagraphique pas trés artistique, et ne permet pas de lever le voile sur l'obsolèteté qui pèse sur les axes névrotique et psychotique, ce dans une certaine scholastique -, et ne parvenant pas spontannément à isoler un terme en ose, j'ai pensé alors à impliquer le cortex qui me semblait répondre du déni plus ou moins systématique du syndrôme, et du trouble du rapport au corps pareillement généralisé - mais il faudrait bien sûr au préalable pouvoir étayer une étiologie corticale - pour ainsi proposer cette idée peut-être un peu moins barbare de la cortexie, le mal moderne.

 

   Sur les 32 chaines sportives dont je dispose, il y a un match aujourd'hui grecs contre turcs à dix-huit heures, ça fleure bon la joie de vivre.

 

   J'ai déblayé un sac de bois à la décheterie, puis le temps a filé, et j'ai fondu dans le grenier pour y faire quelque chose.

   Ce ne sera qu'un seul bac, y'avait de la caillasse aujourd'hui.