[ J'ai failli écrire Huit clos, et sous-titrer : ( parce que les carottes sont qu'huit ), sauf que j'en ai à peu prés seize, et l'allusion à desproges est pas évidente, d'où Parc-Carottes. ]

 

   Je me demande si cohérence n'est pas un maître-mot.

 

   Sans transition, 

   j'ai trouvé ma ligne de radis complétement sclérosée limite chlorosée, une ligne d'un mètre vingt totalement chétive et abimée au bout de trois semaines alors que tout pousse à foison par ailleurs, je trouve ça quelque peu suspect.

 

   J'ai planté un cinquième piquet qui marquera le sas d'un petit portillon, plus deux exemplaires d'une série de petits piquets qui me serviront à conduire la cloture proprement dite. Relié le tout à l'aide d'une cordelette et voilà, mon chez moi sur le papier, cadastral, n'est plus seulement terrien, délimité par quelques pierres, mais encore spatial.

   Et dégagé mes trois pieds de ceps qui semblent bien promis à donner quelque chose.

 

   J'ai fini la chanson du faux mal-aimé, factice en fait, c'est du rimbaud à la charles cros il eut fallu du charles cros à la rimbaud, et que donc je n'ai rien d'autre à dire que précédemment.

   C'est une grosse erreur au regard du principe poétique et ferré a commis un nouveau travers poétique dans le choix de cette interprétation, la chanson ne prête pas aux accents symphoniques.

 

   J'ai décapé en gros sous la cage les quatre premières contremarches repeintes en blanc, et une grande partie du flanc de l'escalier.

 

   J'ai été assez surpris de voir que les soeurs williams, ou kustnesova étaient toujours sur le circuit. De la même façon c'est cette année que j'ai appris que téléphone s'était reformé, la bonne surprise surprenante, et ça n'a pas pris une ride.

 

   Et décapé le box, j'ai ramené une séance dans un angle, hormi un dernier bandeau supérieur, j'en ai terminé avec le gros oeuvre.