Je passe mon temps à me demander pourquoi j'admire Mozart et pourquoi j'aime Brahms. Et je n'ai pas de réponse, parce que je n'ai pas envie de les comparer. Je pourrais me dire que l'un s'adresse à mon intellect, l'autre à mon système lymbique, mais je n'ai pas envie de les comparer.

 

   J'en suis toujours à ma lecture du cid, laquelle je viens d'arrêter ce jour au bout de deux paragraphes et demi, car je ne suis pas vraiment pressé que cela se termine. Je vis au rythme de l'intrigue, tiens rodrigues est mort, ah non il n'est pas mort, c'est bien ce que je pensais, et je m'en tiens là, satisfait, béat.

 

   J'ai cloturé mon journal 2018, et je viens de comprendre, à prendre conscience de cette opération, que l'on était en 2019, je n'y avais pas encore pensé.   

 

   J'ai continué de fragmenter ma dalle au burin, j'étais satisfait d'avoir abattu une frange, je suis toujours satisfait quand je me contente de rien, car je n'ai pas trouvé d'autre solution pour la réduire que d'avancer petitement, avant de la trouver creuse en un point et d'essayer de la casser en la frappant sur sa surface. Et je suis parvenu à en enlever un bon morceau, mais d'avoir tenté de faire levier avec un outil par le dessous j'ai quelque peu abîmé la brique, rien de bien sérieux néanmoins je vais devoir rester sur mon attitude précautionneuse pour l'extraire sans dégats.

 

   J'ai encore plié deux cartons, fourré ceux qu'il me restait dans un réduit, et libéré ainsi la pièce qu'ils occupaient. Je les aurais bien gardé, mes cartons d'emballage, malheureusement justement, je n'ai pas l'espace pour pouvoir les stocker. Je suis comme ça, comme bob l'éponge, j'aime bien les cartons d'emballage.

 

   A cours d'idée pour tromper un désoeuvrement soudain et n'étant pas capable de sombrer dans l'ennui, pour m'être longtemps taté, à ne pas savoir si j'avais envie de regarder un film, faire des travaux photos, bricoler une vidéo, trouver une occupation ou un ouvrage quelconque en écoutant de la musique, je ne sais pas si j'ai vraiment suivi le précept de baudelaire mais j'ai décidé de m'absorber, ou plutôt de me prolonger, dans le travail. J'ai commençé par gratter la peinture qui recouvrait le montant extérieur de l'escalier, coté salle de bain, puis je me suis lançé pour enlever le restant du coffrage de placo, coté droit de la douche. Je n'ai pas eu le temps de virer l'armature mais le mur peut respirer, il en avait bien besoin.

 

   J'ai mangé le deuxième tiers de ma galette, et je ne suis toujours pas le roi.