felix est heureux

16 août 2018

Le masque d'un tyran

   Aujourd'hui je n'ai pas tout fait de ce que je voulais faire, taraudé que j'étais par un estomac capricieux depuis la nuit dernière, sans raison objective. Je me rattraperai plus tard. Je ne sais plus qui a dit que l'estomac était un deuxième cerveau.

   Le mien ne perd rien pour attendre, je me vengerai.

Posté par Bill Boquet à 20:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]


15 août 2018

De la fuite dans les idées

   Elles sont toutes passées dans le titre dites, ce doit être le 15 août, je n'ai rien à dire.

 

   J'ai fait un ragoût de pomme de terre et de la purée.

 

   Et j'ai récupéré le jeu de pignons cinq vitesses sur la vieille roue de mon motobécane, bonne pour la casse.

   Ils n'en font plus.

 

   Ah si, en ce moment je m'affaire dans le grenier, un locataire de la maison d'en face, c'est bientôt le festival Berlioz, fait ses gammes au violon et répète tout au long de la journée. Dans ma tête c'est brahms.

 

 

 

Posté par Bill Boquet à 20:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 août 2018

Ah ben c'est bon

   Que je fasse le point :

- ( ce serait trés bête de mettre du thon frais, à moins d'en avoir quantité. Des darnes de poisson quelconque seraient plus appropriées. Je n'ai pas vraiment d'idée en fait de ce que je voudrais mettre dedans, à part le sanglier. Les écrevisses que je ne pêcherai pas... je ne sais pas. )

- j'ai sorti les poubelles dimanche

- j'ai payé la facture edf lundi

- j'ai payé l'eau, st martin d'hères échéance 2015 - "retard de facturation..." - aujourd'hui

 

ah ben c'est bon

Posté par Bill Boquet à 12:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 août 2018

The tiger

   Finalement je n'y ai pas mis mes légumes verts, je les ai gardé au freezer. J'aurais pu mettre à la place du merlu, j'ai opté pour des Hamburgers, de la paëlla et des lasagnes. A la vérité si j'avais du y placer quelque chose de symbolique, c'eut été probablement du thon frais et de la viande de sanglier. Mais ce n'est pas indifférent comme attitude à l'égard d'une première fois, pas vraiment infantile non plus, vaguement poétique, c'est réfléchi. C'est plus important que les dernières, mais la démarche est la même. J'ai toujours en tête cette image de Kerouac, chez lui c'était aussi un peu animiste, disant adieu à chacune des marches lorsqu'il quittait un appartement. Ginsberg un jour le voyant faire, lui aurait dit procéder de même, raconte Kerouac ( Ginsberg que j'ai eu la chance de voir en vrai, déclamant un poème de william blake, the tiger, à l'auditorium de Beaubourg en 89, quelque chose comme ça ).

 

   Il faut vraiment que je me départisse des travaux qui me font souci le plus commodément possible, car je ne tiens plus la cadence.

 

   J'ai fait un gratin de chou-fleur au fromage, sans coriandre.

Posté par Bill Boquet à 21:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 août 2018

Des légumes verts

   J'ai apporté ma contribution à une pensée de Freud aujourd'hui, non des moindre, sur la question du bonheur ( dans un texte bientôt visible sur mon blog littéraire Bonbic.com : rubrique textes divers, Quelques idées cliniques pèle-mèle ). Une position philosophique de Freud que j'ai été tenu de reconsidérer sous un angle différent. Je me demande ce qu'il en aurait pensé, de toute évidence il ne m'eut pas désavoué, la question reste ouverte donc car je considère la pensée de Freud comme étant supérieure à la mienne ( ce qui m'arrange bien au demeurant ).

 

   J'ai ramé depuis l'aube pour me mettre un pansement au doigt, puis pour faire tout ce que j'avais à faire, comme de couler trois spatules d'un ersatz de béton au grenier, ou encore de trier le tri du parterre de la cave - je n'en suis donc qu'au début : j'ai extrait des demi-briques et des pleines que je range par formats, il y en a qui datent de l'an 1000, alors forcément, j'ai toute la collection. J'ai mis les galets et moyens cailloux de coté, fait un sac de petits cailloux, une caissette de billes de charbon, un sac encore avec des fragments de "savoyardeaux", ces fameuses briques que l'on appelle ainsi depuis l'annexion du dauphiné à la savoie, au douzième ou treizième siècle je ne sais plus exactement, plus précisément depuis les infrastructures édifiées par les ducs de Savoie à cette époque, châteaux, remparts etc., mais donc il y en a, il en reste, de plus anciens - les Savoie Royaux, comme il conviendrait mieux de les appeler.

 

    J'ai branché le congel, la première chose que je mettrai dedans sera... un sachet de légumes verts ( brocoli, haricot, petit pois ).

Posté par Bill Boquet à 20:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]


11 août 2018

La nana d'anaka 3

   Ca y est, j'ai écoulé mon stock de tuiles, pas 4 m3 donc, mais 4 m2 sur 30 centimêtres de hauteur - il m'en reste à peu prés autant. Ainsi que deux rouleaux et quatre plaques de laine de verre - ce qu'il en restait - du deuxième grenier. J'avais déjà fait le premier l'été passé. Avec 8 sacs de 50 litres de gravats divers.

 

   Je suis descendu à Grenoble, par la même occasion, profitant de faire quelques courses, mais pas moyen d'aperçevoir une fille qui sorte du rang. J'y ai bien vu une dame fort honorable, du haut de ses soixante ballets, qui m'a vendu un congélateur, mais question greluches nib, zéro. La dernière en date remonte à avant la coupe du monde, on aurait dit une fusée interstellaire, la plastique de la nenette d'anaka 3 ( 2016 ). L'ayant croisée sur mon chemin je le rebroussais tout de go pour lui proposer un café à la terrasse du coin, qu'elle refusa poliment, bien entendu, car ce n'était pas la nana d'anaka 3. Et puis les bleus ont gagné. Je me demande ce qui se serait passé si elle avait accepté une tasse de "Brésil", chez moi,  que j'avais acheté pour l'occasion.

 

   Au final de cette journée de grand débarras - puisse t-il être "bon", j'apprécie surtout d'avoir nettoyé les deux vasistas - ouvertures sur le trottoir - de la cave, hier.

Posté par Bill Boquet à 21:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 août 2018

Toujours pas de titre en vue Robinson euh, vendredi ?

   L'autre jour on m'a demandé d'un air entendu à propos d'une bourde anecdotique si c'était un acte manqué, j'ai répondu que je ne m'en servais pas beaucoup, des actes manqués, et c'est vrai que cette notion ne fait pas partie du panel de mes outils cliniques. J'en parle car je n'ai pas le temps d'y réfléchir, et les éléments freudiens que je ne comprends pas sont pour moi un mystère. J'aurai bien l'occasion de revenir là-dessus.

 

   Aujourd'hui en nettoyant, triant la tourbe de la cave, j'ai déniché un bille type "oeil de chat", plutôt un moyen bigarrot, qui figurera désormais dans le must des trophées de la maison.

Posté par Bill Boquet à 21:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 août 2018

Je cherche ce que je cherche

   Justement je n'avais pas de titre.

 

   Je me suis un peu emballé lorsque j'ai voulu parler de Leautaud il y a quelques jours. Il est bien possible que le journal de Jules Renard eut été tout aussi digne d'intérêt si son épouse n'en avait pas brûlé 90 pour cent. Mais la présentation que je faisais de darius Milhaud - que je n'appelerai plus darius Milhaud, je voulais garder cette référence implicite parce-que systématiquement quand je pensais à Leautaud je ne trouvais plus son nom, je l'appelais Darius Milhaud parce-que ne me venait que darius Milhaud -, pour fiévreuse et approximative qu'elle soit - aprés tout je tenais juste à parler de lui comme je le fais encore présentement - doit bien contenir quelques accents de vérité, car en définitive je ne suis pas le seul à le regarder d'un bon oeil.

 

   Aujourd'hui il a plu, j'ai puisé de l'eau à une gouttière pour arroser mon cactus.

Posté par Bill Boquet à 21:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 août 2018

Le lendemain d'un jour de lessive

   Je vais finalement jeter mes vieilles tuiles cassées. J'en ai beaucoup trop. J'en ai un stock considérable, des piles un peu partout, que le type avait du récupérer pour une grande part il y a bien de ça 60 ans, car la plupart présentent des défauts de fabrication. Elles sont rognées, ébréchées... il va falloir que j'en sélectionne les plus valides et avec celles qui sont à l'état neuf il m'en restera suffisamment pour refaire la toiture des Halles. Je vais donc en jeter beaucoup plus que je ne le pensais.

 

   En cherchant à savoir où les stocker dans la cave j'ai découvert sous 15 cm de bonne terre mélée de billes de charbons, de gravats et détritus divers, un vieux dallage en brique que je vais devoir restaurer, au moins à niveau.

 

   Avec le nombre de jolies filles qui circulent en ce moment je ne parviens pas à en croiser une mémorable. J'aperçois bien un pied ici, une silouhette là, mais pas moyen de repérer une jolie plante des pétales jusqu'aux racines.

 

   Je suis dégueulasse, et j'ai encore loupé le début du film sur rtl 9.

Posté par Bill Boquet à 21:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 août 2018

Un cahier des charges surchargé

   Journée pleine et pourtant creuse comme une journée de vacances que l'on retient seulement pour l'avoir vécue.

 

   Je turbine pourtant de mon mieux, ne serait-ce que parce-que je me dois d'être opérationnel samedi, qu'il me faut d'ici-là mettre de coté tout ce qui pourra partir à la décheterie. Sachant que je récupère dans un second temps la moitié de tout ce que je lui destinais, et dont j'étais bien soulagé de me départir, par exemple je vais garder mes vieilles tuiles cassées, je me demande si c'était bien la peine de louer un C15.

   Mais comme à l'habitude je n'ai rien à exprimer, j'ai tout donné, il ne me reste plus de place pour moi, pour penser. C'est assez frustrant car l'intérêt de ce journal est un peu comme d'ouvrir une fenêtre.

 

   Je me suis trouvé dans la nécessité, le besoin impérieux d'acheter des sachets de purée, et c'est peut-être bien tout ce qu'il me reste de ce "mordi".

Posté par Bill Boquet à 21:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]