felix est heureux

21 octobre 2019

Plus vieux d'un jour pluvieux

   Il y a des poèmes à Lou : je m'étais pas foulé pour pondre le mien, j'avais inventé le premier blanc noir.

 

   Il tombe des cordes aujourd'hui, je ne suis pas parti pour solder mes affaires.

 

   Rangé mon journal, publié Ah ! un met copieux et Père Noël.

   Tapé Prestation de service, préparé Partout.

 

   Puisque je parle d'il y a, j'ai tiré abacules en associant sur " les cercles sont bien huilés " je ne sais plus ce que c'est mais en réfléchissant ce doit être de guillaume. Mais maintenant que je fais cette analyse, je crois que c'est de Tardieu. Lequel faisait de l'apollinaire, je ne crois pas me tromper sur ce point, c'est un autre ton. Tardieu ne prophétise pas, il n'abstrait pas, il délaye, il dépeint.

   Je viens de le trouver sur le net, effectivement c'était un hommage, mais je n'avais pas compris que le clown c'était apollinaire. C'est beaucoup plus efficace à saisir cette intention, en effet le dernier cercle est toujours vide, et apollinaire échappe même à cette dimension que Tardieu suggère, je crois peut-être toute la subtilité d'apollinaire.

 

   Je comptais décaper le mur du passage, mais en fait je ne vais rien faire, ou presque.

   Tapé Je t'ai donné ce que j'avais.

Posté par Bill Boquet à 12:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]


20 octobre 2019

Grève de la participation

   J'ai raté de justesse mon match contre l'équipe, mon match france gall, que j'ai déjà vu deux fois cette semaine, avec un message personnel, mais que donc on est passé c'est l'essentiel. On se sera fait sortir par l'angleterre, vu que y'a plus de coupe du monde de rugby tant que j'en aurai pas décidé.

   En tout cas pas avec des fiotes, en tout cas pas sans moi. De peur de le regarder de trop prés cette année j'ai laissé passer mon anniversaire d'un jour, mon anniversaire d'un jour. En réalité on était déjà le vingt quand j'ai regardé, mais donc j'étais dans le bon nycthémère, pile poil. J'ai pas encore pris la mesure de mon cadeau. C'est la dernière étape avant la cinquantaine inutile.

 

   Aprés un match... annulé, ah ben tiens, j'avais jamais vu ça, et puis donc que dalle le scénario, france-nouvelle zélande comme d'hab. Donc la france s'est faite sortir par... l'angleterre.

   Non il a pas été annulé, il a été joué contre l'angleterre, comme la coupe du monde de volley, la première mi-temps à montpellier, la deuxième à lubjania.

 

   Du coup y'a plus de rugby vu qu'on a déjà gagné, ça va être plus simple.

 

   Et ben du coup j'ai plus besoin de me fatiguer puisque je connais le score.

 

   Le mieux pour ne pas jouer contre moi, c'est de ne pas jouer avec moi.

 

   Finalement jacques, les coupes du monde de rugby, t'auras gagné que celles que tu méritais, les autres valent pas la peine.

 

   Heureusement que zidane a gagné son match, parce que c'est tout ce qui compte, bande de cons !

 

   Donc france-turquie, majorque-réal, france-galles, ça fait trois matchs qu'existent pas, y'a même pas de quoi nourrir michel berger.

   Sans parler de la défaite de tottenham. Match nul me dit-on bien entendu, c'est pas le match qu'est nul, c'est celui qui dit qu'y est.

 

   Et pour ce qui est de la relativité de l'échec, qui trouve toujours à se justifier, je ne vois pas comment je pourrais motiver une victoire au prix de la défaite.

 

   Je digère trés mal les défaites diras t-on, celui qui se donnera la peine de penser le factuel, encore faudrait-il que je les vive.

 

   Retraite obligée donc, ça tombe bien c'est dimanche !

 

   " Et les pieds dans la mer je fornique un golfe heureux. " (XXIX

   

Posté par Bill Boquet à 15:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 octobre 2019

Bientôt sorti du grenier

   La ceinture : c'est cet état de siège mental, dans sa surestimation aliènante à l'égard de Lou, qui lui a permis d'investir la réalité de la guerre comme si elle n'en était pas. Mais il s'était auto-ceinturé, il s'était lui-même assiégé, d'une certaine façon la guerre il n'y était pas, ou bien il n'y était qu'à moitié. Probablement que cette enceinte idyllique et pleinement consentie de son libre-arbitre était ce qui lui permettait de supporter la véritable oppression, en vérité il menait deux combats de front. Longtemps avant la france de l'autre guerre, il était déjà coupé en deux.

   D'une certaine façon c'est assez étrange que sa dépendance, ses obligations à l'égard de la france trouvent à se traduire semblablement dans sa réalité psychique ou affective, comme s'il avait nourri, dans le même temps, le même conflit vis à vis de la grande France, celle des hommes, et d'une petite france, la sienne. Et bizarrement ce qui n'a rien de bizarre, c'est quand il perd la petite qu'on le retrouve, sa poésie s'épure, s'aère, recouvre sa maturité, sa modernité. Sans qu'il n'y ait rien à reprocher à ses sources, il était fait pour écrire la grande. Il eut été dommage ou du moins avec le recul, il est préférable de ne pas avoir à le partager.

   C'est brouillon mais je n'arrive pas à rédiger autrement.

   L'attente : c'est là que je réalise que mes procédés d'écriture plus ou moins ultimes que je croyais avoir crées, inventés par défaut, sont les siens.

 

   Me résoudre à publier une fois encore Ah ! un met copieux sans l'objectivité nécessaire.

 

   A propos de sources, j'essaye de trouver du vocabulaire pour un terme, je pense espagnol, anglais, mais français, que dalle.

   Pour le sem "tomber" tout ce que je parviens à récupérer c'est "autotomie", c'est à dire qu'il me faut puiser dans ferenczi pour arriver à rapporter de loin en loin quelque chose. Mais moi non plus je ne tomberai pas pour la France. ( je tomberai avec ou dedans, mais sans tirer la langue, quand bien même ce soit plus la sienne que la mienne )

 

   Je choisis d'écrire "clareté" dans Ah ! un met, en dépit de la clarté de formulation initiale, parce que je me demande si on a pas perdu le e en route. Si la clarté est éloquente, la clareté parait plus claire.

 

   Carreau et pique ce sont des couleurs d'attaque.

 

   J'ai continué de passer à l'huile de lin le grenier numéro deux, pratiquement achevé la partie basse en étant complétement allongé du fait de la difficulté, pour chopper les extrémités de chevrons, les premières planches, là où le faîte rejoint le plancher, travail proprement clinique par conséquent, enfin un peu sale mais clinique donc, travail clinique  des plus passionnant.

   L'impression d'oeuvrer sous un chassis de voiture en étant claustro, dans le cambouis et pratiquement sans mobilité.

Posté par Bill Boquet à 20:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 octobre 2019

Journée au ras du sol

   Je suis resté dans le coaltard depuis que je l'ai trouvé, et j'ai assez rapidement commencé à décaper le mur du passge rdc tranquillement en regardant la télé, sans même chercher à donner de l'envergure à un projet.

 

   Je n'ai même pas la tête à travailler un texte.

 

   [ notes :

 

   Les dents de la mère : t'es déjà bouffé, tu t'es déjà fait bouffé quand y'a les dents de la mère.

 

   Temps mort, non tant mieux.

 

   La preuve peut-être de ma tirade sur le basket panier, c'est qu'un match france-allemagne je trouve ça limite ridicule.

 

   Je le dis à l'intention des exégètes que j'ai décidé de qualifier, de catégoriser la série de textes au formatage formaté que sont des textes comme CD-RandOM, La recette de la forme aboutie, La question identitaire etc. dont je ferai peut-être une liste ultérieurement, en nommant cette classe de Textiles essentiels, je me le dis ainsi maintenant car il faudrait que je comprenne, que je trouve le registre de l'archétype dont ils relèvent pour pouvoir les définir, ce avant les exégètes.

 

   Je sais comment ça se passe, si c'est pas modèle déposé le surréalisme ça devient n'importe quoi.

 

   Ce devrait être essentiel pour tout le monde d'écrire un journal, comme on a une carte d'identité, il est probable que si la crémière en tient un ce ne sera que pour elle, mais justement, chacun un journal pour soi, ce devrait être une base, un précept de l'éducation nationale ou tout du moins une recommandation, mais à la vérité ce devrait être un acquis socio-culturel de l'homme moderne.

 

   De toute façon le basket c'est simple, ça se déroule à un rythme soutenu et on perd à la fin. C'est donc bien un problème d'allemands. Ou plutôt c'est peut-être un problème de faux allemands, puisque donc si on les trouve, c'est nul.

   De faux allemands ou de vrais américains.

   Ou de faux américains maintenant que je pense à l'espagne.

 

   Moi c'est le sport, apollinaire c'était les obus de 75, c'est à dire qu'en ce temps-là y'avait pas la télé non, y'avait que la guerre.

 

   C'est peut-être ça qu'ils nous disent les hispaniques avec leur interrogation renversée : mais pourquoi en mettez-vous.

 

   Dépassé, juste par le temps.

 

   Le complexe de l'humanité, mon frère, le complexe de l'humanité ?

   Je suis l'humanité !

   Rastafaraille !   ]

Posté par Bill Boquet à 20:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 octobre 2019

Hombre de mon admouration

   Alors le 8 il se prend une cuite, le neuf il fait une batterie de calligrammes.

 

   [ notes :

 

   Dés que je balance un sac il faudrait le remplir.

 

   L'homme qui écrit cherche à convaincre, et à priori il ne cherche pas à convaincre un autre homme.  ]

 

   Ca caille complet aujourd'hui, il faut que j'aille en ville.

 

   Une complétion de Prophylaxie.

 

 

   Je re-entre. En fait il a fait relativement bon.

 

   Les poèmes à Lou auraient bien mérité de s'appeler Ombre de mon amour, parce que c'est un joli titre, et parce que la pauvre Lou c'est tout de même un peu l'Ombre de son amour.

 

   Mais quand même un temps gripourri au final néanmoins toutefois. Avec trois gouttes de pluie, pas une de plus.

 

   [ C'est lui le bleu ciel disais-je, c'est lui aussi la pupille, la pupille de la Nation ]

Posté par Bill Boquet à 12:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]


16 octobre 2019

Ranger des camions

      ( ... dans un quartier libre )

 

   Je me lève à deux heures cette fois.

 

   C'est à titre expérimental que j'ai validé Prophylaxie.

 

   Et toujours aucun moyen de savoir angleterre france quand c'est.

 

   La raison d'être de l'opposition c'est de s'opposer, l'opposition est naturelle, je n'en reviens pas.

   Mais à quoi ça sert ?

   Encore une fois ce n'est pas moi que la réponse intéresse, mais je n'en reviens pas.

 

   De la même façon un partout contre des crouilles qui ne tiennent que parce que j'ai fait de cette adversité passée un des plus beaux matchs de l'équipe de france, vous espérez quoi ?

 

   [ poèmes à Lou ]

   XX : décodage de son vécu stupide pour le projeter dans une histoire crédible, une réalité possible.

 

   J'ai décodé pas mal de textes quant à moi hier soir que je vais devoir rentrer même s'ils ne sont pas fondateurs.

 

   La vérité c'est que rien que pour sa contribution reggae il faudrait considérer bernard lavilliers, ce qui n'est pas chose facile j'en conviens, peut-être qu'il n'aime pas être considéré.

 

   Sonnet du huit février 1915 : Su-perbe, qu'est-ce que c'est beau la poésie contemporaine.

 

   Pour faire de l'apollinaire il faut être apollinaire.

 

   Il faudra désormais, aux carrefours, qu'on s'attende à ce que je ne m'attende pas.

 

   Encore une journée de repos, bien que je sois allé chercher un sac de sable.

 

   Au même titre que tout le monde connaît et utilise une cafetière ou un interrupteur, tout le monde devrait savoir le sonnet du huit février, ce devrait être de l'ordre de la foi, ce devrait être un contenu biblique, c'est comme ça qu'il faudrait l'appréhender apollinaire dans les écoles, ce devrait être un psaume un verset pour tout un chacun, patate et lard, de l'ordre de la foi.

 

   [ notes :

 

      La nature est bien généreuse de nous avoir donné la tomate un fruit entièrement comestible, comme une femme. 

 

   Vient de voir la machine à explorer le temps : qu'est-ce que je serai en l'an 800 000

 

   Il n'y a pas de raison supérieure qui serait dégradante

   c'est ça le sens du discours

 

   En fait c'est lui Superman, celui qui vole pour sauver des gens [ apollinaire ]

   la vérité s'il y a quelque chose, ils n'en voient ni le bout ni le cordon   ]

 

 

   un récif recueille, une île accueille

   il n'y a qu'un pas du récif à l'écueil, que je ne commets pas

 

   Ce qui lui manque en fait à l'humanité, c'est un kong, un superman, une divinité supérieure et protectrice qui s'apparente plus à l'homme, à une représentation humaine supérieure qu'à une divinité : il lui faudrait une projection en laquelle elle puisse croire et s'identifier, qu'elle puisse aimer

   Mais donc y'en a pas

 

   Dans Kong justement, le premier hydre-navion

   un bavion qu'ils l'appellent eux, du coup

Posté par Bill Boquet à 19:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 octobre 2019

Louise coligny de chatillon

   Victoire trois zéro, on se serait vexé à moins.

   C'était écrit, la france nous revendique.

 

   Ca brûle les jolies rousses me dis-je, pourtant je ne suis pas sûr qu'elle lui ait brulé les ailes. *

   En outre elle peut se flatter dans Rêverie sur ta venue notamment d'avoir été, et décrite comme une reine, plus et mieux flattée qu'une autre.

   Il faut dire que probablement il en avait besoin. Il avait besoin d'un espoir personnel pour supporter sa condition commune [ en 1915 ], il avait des besoins supérieurs en matière de rêve de toute façon.

 

   * On a bien gagné la guerre, pourquoi aurait-il perdu la sienne, c'est un petit peu l'image qu'on en a, Louise l'aurait perdu quand marie laurencin n'eut été qu'une déception.

 

   Du coup, ne sachant trop comment m'occuper, je suis allé refaire l'assise, non pas du coté gauche de la poutre du fond numéro deux, mais du coté droit de la numéro un. J'ai fait deux bacs et m'en suis tenu là faute de sable.

   Mais je vais lui faire un bon carénage de souche, puisque de fait cette poutre sur sa droite repose sur deux billots de bois, qui n'auront plus l'air d'être en équilibre.

 

   Publié Prophylaxie.

Posté par Bill Boquet à 11:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 octobre 2019

Poème alloué

   Il s'extirpe peu à peu de sa relation exclusive pour se retrouver dans dans un café à nimes, que j'ai bien fait de lire puisqu'il regarde le match apparemment ce soir : moi aussi je suis l'espoir, Vive la France !

 

   J'ai réussi à poster deux courriers et pris un rendez-vous.

 

   Puis planté trois nouveaux piquets et mangé à nouveau une bonne vingtaine de framboises.

   Une grosse mante religieuse sur mon petit appentis.

 

   Acheté un bidon d'huile de lin, du nécessaire à plomberie et trois derniers piquets.

 

   Renoncé à "Contre l'athlético", un peu parachuté et qui n'a su me convaincre, même avec une adjonction à l'adresse de Griezman, pour lui préférer : Prophylaxie nucléaire et lactescente, un peu parachuté également mais en adéquation.

 

   Finalement je me croyais à la retraite et j'ai relancé ma carrière littéraire, le contraire eut été bien dommage.

 

   Expédié un plein sac de fragments de béton qui furent cataplasmés sur le mur du fond du grenier numéro un, un sac plein de tasseaux de faux-plafond et ma télé cassée qu'avait pas deux ans d'âge, à la déchèterie.

 

   Fourbu par conséquent, je repars dans le grenier numéro deux.

 

   Publié Anthrax, ça fait une bien jolie ligne entre La recette, La question et Anthrax.

 

   Des fragments de bétons j'en ai retrouvé un plein sac dans l'angle gauche du grenier numéro deux où, agglomérés en louchettes successives comme une platée de purée infâme sur quelques briques et pavés, ils ne servaient à rien, à gauche de la poutre supérieure donc dont je vais devoir reconstruire l'assise et que j'ai passée à l'huile de lin.

 

   J'écoutais ce faisant un album de ferré dans la suite logique que je me proposais, bien entendu j'en étais donc à l'Espoir, que je ne connaissais pas à part un ou deux titres, et étonnamment aprés Amour-anarchie, La solitude et Il n'y a plus rien, étonnamment la parole de ferré porte de toute sa vérité. Et en effet, c'est là encore un autre ferré, moins torturé, plus spontanné, qui va de l'avant sur un ton de confidence, confiant donc en lui-même, qui délivre un message globalement positif et sollicite ainsi une autre écoute, et dont on ne trouvera pas d'équivalent à ma connaissance dans un autre temps de son oeuvre. La musique elle-même semble plus légère, enlevée, et ne se cherche pas du coté du spleen. J'avais donc vu juste lorsque je soulignais que les roses blanches il aurait mieux fait de se les envoyer, et d'y croire. Y'a peut-être plus de vie au sens plus de temps présent dans cet album. Y'a peut-être plus l'homme, le vrai, heureux. D'ailleurs on le sent amoureux. Porté par la vie, quoi.

   Pour en revenir à cet espoir que j'évoque, du coup on est trois.

Posté par Bill Boquet à 20:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 octobre 2019

Une journée qui compte pas

      ( je me lève à trois heures )

 

   J'ai regardé un doc sur balavoine [ le 7 octobre ].

 

   Du coup j'ai tapé Anthrax parce que j'arrive pas à décoller.

 

   J'essaye de retrouver une homéostasie physique.

   Du coup je perds ma mobilité d'esprit.

 

   Je bois parce qu'il y a du foot.

   Je bois parce qu'il n'y a pas de foot.

   Quelles sont mes motivations ? mes textes.

 

   J'ai quand même, en l'état, non pas un peu l'impression de rentrer dans la vie de guillaume, non pas un petit peu l'impression de rentrer dans ce qui ne me regarde pas, mais quand même un petit peu l'impression de rentrer dans ce qui le regarde. Même si donc je trouve La mésange assez subtile.

 

 

   J'ai pas décollé du périmètre.

 

   Ca tombe bien c'est dimanche !

Posté par Bill Boquet à 15:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 octobre 2019

Un programme simplifié

   Tapé Traine, j'arrive même pas à comprendre pourquoi je trouve ça beau.

 

   Je me rue dans mon grenier numéro deux.

 

   J'ai terminé la partie médiane, avec sa poutre, ne me reste donc plus qu'un segment, avec la poutre supérieure.

 

   Publié trois textes dont Traine, et aprés réflexion je me dis que j'en ai perdu la version toute première et originale, d'élaboration, je n'en ai en tout cas pas les brouillons.

Posté par Bill Boquet à 20:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]