felix est heureux

23 février 2021

Paul et Mick le grand retour !

                                                  Et victoire de Zidane.

 

   Pas eu le temps de reprendre Charles, j'ai travaillé à mettre au propre le Revenir.

 

   Aprés quoi je suis allé retaper la série, le restant des clous du plancher, sans pouvoir en faire davantage puisque je suis actuellement trés addicté par ma compétition Nascar. J'ai même pu mesurer l'autre jour qu'on pouvait même conduire bourré.

 

   - Pourquoi et Parce que sont dans un bateau, et y'en a pas un pour rattraper l'autre.

Exemple, Parce que tombe à l'eau.

   - Pourquoi ?

   - Non Parce que... bon, sinon oublies autre exemple, Pourquoi tombe à l'eau.

   - Pourquoi ?

   - Oui Pourquoi.

   - Ah ben si tu te poses la question en même temps que moi ça va être dur de trouver la réponse...

donc il tombe à l'eau... parce que quoi ?

   - Quoi Parce que quoi, enfin si je te dis que c'est Pourquoi tu me demandes pas Parce que ! Bon mais je vais t'expliquer l'astuce qui préside à ces deux andouilles ce sera plus simple : 

   Pourquoi il sait Parce que, parce que... parce que.

   Et Parce que il sait Pourquoi.

   C'est... pour cela que y'en a pas un pour rattraper l'autre.

 

 

Posté par Bill Boquet à 20:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]


22 février 2021

Padtitre

                                                       Et victoire de Zidane.

   

   Encore rien entrepris aprés avoir effectué quelques courses.

 

   C'était dit la Bonté qu'aurait la joie ?

 

   Un nouveau tronçon de planche mais pas plus en raison de mon état de plus en plus soporifié.

 

   Je finis la course juste derrière Troux qu'a pas eu plus de chance qu'hier pour la première course de la saison.

 

   Changé le titre de Nature morte en Pâture vivante.

Posté par Bill Boquet à 20:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 février 2021

Varech !

         ( L'algorithme du flux et du reflux )

 

   Ce serait pas lui Charles, quelquepart, le découvreur de l'Amérique ?

 

   Je me suis tout de même mobilisé quelques neurones pour aller avancer les joints du plancher.

Posté par Bill Boquet à 20:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 février 2021

Journée bunule

   Charles, l'homme qui voulait être tout...

 

   Envolons-nous ensemble et cherchons le fond du ciel !...

 

   Romantisme assez pur de La Fanfarlo.

 

   Amorçé la mise au propre du Revenir.

 

   Les chanteurs tombent souvent amoureux de leur guitare, je ne le suis pas de mon Sheaffer ( je l'ai perdu dans un amphi ça fait presque trente ans ).

 

   Et retapé un nouveau tronçon de planche.

Posté par Bill Boquet à 20:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 février 2021

DEATH ANT

        Journée de la fourmi de la Mort.                 

                                                         Et victoire de Zidane.

 

   Belle victoire de Lille face à un Ajax décidément lessivé.

 

   Omnibullé dans une fuite ovoïde de 500 tours, je me suis tout de même secoué pour aller me préparer un morceau de viande.

 

   Qu'est-ce qu'il me fait chier, ce nain ni potent ni puissant ?...

 

   En fait avec leurs chattes elles ont toutes quelque chose à vendre, les bonnes femmes.

Posté par Bill Boquet à 20:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]


18 février 2021

Journée sans rapport

                                           Et victoire de Zidane.

 

   - Charles Baudelaire Romancier -

 

   « Comment trouvez-vous ce jeune homme, Mariette ? »

   ... « Mais je le trouve fort bien, Madame, - Madame sait que c'est M. Samuel Cramer ? »

    Et, sur un ton plus sévère : « Comment se fait-il que vous sachiez cela, Mariette ? »

 

   ... « Monsieur, je ne suis qu'une femme, et par conséquent mon jugement est peu de choses... »

 

   « ... Vous apprenez au monde que vous raffolez du pied et de la main de madame une telle, ... »

 

 

   Charles se classe dans la catégorie des poètes absorbants : à qui toute occasion est bonne, même une connaissance improvisée au coin d'un arbre ou d'une rue - fut-ce d'un chiffonnier, - pour développer opiniâtrement leurs idées.

   Un buvard donc, plutôt bavard.

 

   [ les poètes ]

   ... nous avons altéré l'accent de la nature... nous avons extirpé une à une les pudeurs virginales... nous avons psychologisé comme les fous... nous avons déformé les passions...

   Manque plus que la musique de Ferré.

   Le salaud, çui qui nous a gâché tous nos poètes.

 

   Quelques notes :

   [ 1 février :

   Freud a inventé la Psychologie, et il a définit une thérapeutique : la Psychanalyse.

 

   Y'a des moments je me dépasse moi-même, ça me dépasse.

   Y'en a jamais de la vérité, et puis c'est dur de penser autour.

   La mer roule personne.

 

   Par contre elle roule pour qui, la mer, pour personne.

   Et je préfère ça plutôt qu'aller à embêter aux truies.

 

   C'est pas moi qui change, c'est les autres qui changent pas.

 

   2 février :

   [ Anecdote au staff du service Psychiâtrie, le Médecin-chef expliquant à une interne comment répondre, avec tact et neutralité par exemple, sans engager la personne du soignant, à une patiente avide de réassurance :

   - Vous lui dites Je vous entends, « Je vous entends, Madame. »

   - Et si elle demande, « Oui, mais est-ce que vous comprenez ce que je veux vous dire, est-ce que vous me comprenez ? »

   - Vous lui dites...

   - [ Moi, stagiaire de 5ème année ] : « Je vous ai compris ! »

   [ rires dans l'assemblée ][ ça marchait bien, chez les Lacaniens, Je vous entends... ]

 

   Une gonzesse avec Yessaillessoilo écrit dans le dos.

    

   3 février :

   Aujourd'hui j'ai fait du rase-mottes, et j'en ai pas trouvé beaucoup.

   L'émaux était composé.

 

   C'est pas rien Tiens !, tiens.

                                             ]

 

   Fin de rapport.

   Sur ce avec mon doigt iti-esque, je décide de bouder mon plancher pour plonger dans les limbes de mon ciel virtuel.

 

   Je me demande si, avec Zidane, je suis pas aussi con que Baudelaire tout seul. Il avait un Zidane, Baudelaire ?

 

   Mais aprés la victoire du PSG avant-hier et la défaite de la Juv hier, il y a Lille ce soir je suis donc allé faire quelques courses et ne présume présentement rien de la suite.

 

   Lutter contre le bordel ambiant, il va falloir que je garde en tête cette nécessité, faute de quoi c'est la gangrène.

 

   Du coup j'ai descendu toutes mes planches du parquet et la dalle du devant de cheminée du deuxième au rdc, et nettoyé l'escalier du second ainsi que dans tous les coins ou recoins attenants à l'aspirateur. 

   Et j'ai poursuivi ma symphonie du plancher, bravâche, non pas à quatre mains donc mais sur quatre doigts, puis sur le pouce.

 

Posté par Bill Boquet à 20:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 février 2021

Padtitre

                                             Et victoire de Zidane.

 

   Rangé mon journal, avec persévérance.

 

   Je ne suis pas trés satisfait de mon paragraphe sur les arcanes du charme féminin que j'ai prêté à Claire Keim pour ne pas y réfléchir, je n'ai pas réussi à couper les semelles en deux.

   Mais je n'ai pas de quoi me consacrer à une autre formulation ou une meilleure idée.

 

   Je n'aurai fait que nettoyer et traiter un tronçon du plancher, en dépit d'un véritable courage cette fois, mais une écharde sous l'ongle et le manque de temps pour enchaîner sur la réfection des clous par exemple ont suffit à me dissuader.

 

   Je suis retourné à mon engineering automobilesque.

Posté par Bill Boquet à 12:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 février 2021

Padtitre

                                                    Et victoire de Zidane.

   Je suis parti pour ne rien foutre aujourd'hui.

 

   Aprés une course rondement menée de 367 tours*, j'ai décidé de me faire une paella avec le restant des moules.

 

   Et aprés un effort de grand fauve auquel le monde moderne n'impose pas de chaînes, ne pose plus de joug, ne dicte pas sa loi, un effort qu'une bête féroce seule génère afin de se soustraire à l'aliénation sourde de nos cités mégalomanes, aprés avoir produit un effort suburbain donc je suis allé effectuer quelques essais de colmatage des interstices dans le plancher, lesquelles sont conséquents, avec une pâte à base de colle à bois, sciure, huile de lin et brou de noix.

   Puis nettoyé et traiter un tronçon de planche.

 

   * Je finis 13ème à trois place de Martin Troux.

Posté par Bill Boquet à 20:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 février 2021

L'unifiage double

   Quand il croise une femme, l'homme oublie parfois sa condition pour se figurer qu'il a un destin.

 

   Je suis allé m'acheter quelques outils tels que des pinceaux, puis j'en ai profité pour faire des courses et j'ai trouvé des moules.

   Ce qu'on partage bien les moules et moi, sans parler des frites, c'est la barbe.

   On s'est déjà payé quelques tête-à tête assez bavards, sacrément affables, plutôt éloquents.

 

   Et victoire proprement Daytonante aujourd'hui, toute à l'espèration !

 

   Nascaré toute la journée.

 

   Premier à Darlington !

   Yes Darling !

Posté par Bill Boquet à 21:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 février 2021

Charles Dufaüs disait vrai !

   - Conseils aux jeunes littérateurs -

 

   Je me rends compte que la dialectique de Baudelaire est assez proche de celle de Freud. 

   Un principe, un abord scientifique qu'on lui prête peu.

 

   C'est pourquoi il n'y a pas de guignon...

 

   Belle argumentation justement appliquée à la chose littéraire.

 

   Je veux résumer Charles avant qu'il ne le fasse lui-même : Conseil aux jeunes littérateurs : il faut positiver.

   Je résume tout ce que je pourrais écrire... en cette maxime... : Ce n'est que par les beaux sentiments qu'on parvient à la fortune.

 

   Il n'y a que l'amour qui puisse construire, essaye t-il encore de nous dire.

   Intelligemment, au nom des "sympathies". Et démonstration au compte de la haine : En effet, la haine est une liqueur précieuse... Il faut en être avare !

   Grande maturité intellectuelle donc.

 

   Sur cette base Charles apparaît, sinon moderne, beaucoup plus viril qu'il n'y paraît.

   Mais il est encore ce sanguin bravache ou quelque peu anti-conformiste qui nous fait bien marrer : Un jour, pendant une leçon d'escrime, un créancier vint me troubler ; je le poursuivis dans l'escalier à coup de fleuret.

 

   Encore une perle d'analyse : Je ne suis donc pas un partisan de la rature ; elle trouble le miroir de la pensée. 

   Et effectivement, elle en trouble la pureté initiale.

 

   La question de la méthode, qui selon moi est affaire d'un instant, d'un travail particulier ou du procédé de chacun, "charger du papier pour couvrir la toile", est un détail, mais il a encore raison lorsqu'il reproche à Balzac le travers de cette procédure, le seul défaut de ce grand historien, de nous rendre donc quelque chose de diffus, de bousculé et de brouillon. Mais à quoi bon parler de défaut avec Balzac ?

 

   Sur la question des moyens ou de l'inspiration, il oppose à une petite tendance réactionnaire qu'il démentira par lui-même sans se contredire - le forçage artificiel du déréglement des sens, de "l'orgie" -, cette vérité : Comme une écriture lisible sert à éclairer la pensée, et comme la pensée calme et puissante sert à écrire lisiblement ; car le temps des mauvaises écritures est passé. Mais ne fait-il autre chose que de poser un Non temporel et historique qui équivaudrait à : Pas d'éparpillement et de dilapidation, la ligne de Pierre Corneille ?

 

   Le besoin le plus impérieux, la poésie ? Probablement.

 

   Sur la question des créanciers, comme des stupéfiants, on pourrait sourire de ce que le texte de Charles conserve toute sa probité.

 

   Quant au sujet de la femme, puisque Charles nous recommande, présentement, cette fois, les filles et les femmes bêtes, dénonçant les femmes honnêtes, les bas-bleu et les actrices aprés lesquelles il finira par courir aveuglément*, et c'est encore pour ça qu'il est bien marrant, ne fut-ce pas là sa véritable, sa seule, question ?

   Il nous la pose d'ailleurs, Frêres, est-il besoin d'en expliquer les raisons ?, et se la posera apparemment toute sa vie, sans pouvoir nous définir sa véritable conviction.

 

   De bons conseils de bon aloi, donc, texte essentiel.

 

   * Ultérieurement il nous fera bien comprendre que Madame au poil était au pic, nous ne pouvons feindre désormais ne pas convenir de ce que Madame Aupick était au poil.

 

      - Ô Caro, si tu savais... Caro-line...

      - L'as d'Aupick qui trèfle mon coeur ! 

 

   Et donc je conviens, proprement me semble t-il, de ce que le i grec était un U. 

   On ne dira pas précisément droit comme un i grec.

   Pas nous. Les gonzesses peut-être, mais pas nous.

 

   La solution du poisson soluble ?

   Une tanche étanche

Posté par Bill Boquet à 12:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]